bannerffam2013

  • FFAM
  • FFAM
  • FFAM
  • FFAM
  • FFAM
  • FFAM
  • FFAM
  • FFAM
  • FFAM
Previous Next


Le vol circulaire

Comment prendre plaisir en tournant en rond ?

 

Un peu d'histoire…

 

Victor TATIN, un illustre inconnu qui pourtant a sa place au musée de l'air, est un officier de marine qui le premier fit décoller un modèle réduit « d'aéroplane » à moteur à air comprimé entraînant deux hélices tractives. Le modèle était attaché à un pylône, le rayon de giration était de 15 mètres. Il accomplit le premier vol stable en vol circulaire à Chalais-Meudon sur une piste en bois en 1879.

 

vcc 1

Gravure d'époque représentant le premier vol d'un « aéroplane » en vol circulaire en 1879.

 

Le concept du vol circulaire était inventé. Muni d'une queue stabilisatrice, l'appareil décollait du sol et volait parfaitement en vol circulaire. Cette expérience a permis l'estimation de la taille à donner à un aéroplane avec la puissance motrice nécessaire.

 

vcc 2

Copie du brevet déposé concernant le vol circulaire commandé moderne, le contrôle des gaz était déjà décrit.

Il fallut attendre 70 ans pour que le vol circulaire revienne à la mode, en tant que loisir puis sport de compétition. Avant la seconde guerre mondiale, des aéromodélistes américains se remirent à l'ouvrage grâce à l'avènement des moteurs thermiques miniaturisés. Le système de commande par palonnier et renvoi à un guignol fut mis au point, le vol circulaire moderne tel qu'on le connaît aujourd'hui était né.

 

Le nom le plus associé à la promotion et au développement du vol circulaire est Nevilles E. "Jim Walker", inventeur du système breveté connu sous le nom de "U-control" qui était une marque déposée.

 

Parlons maintenant de la légende : Il est courant d'entendre dire que le vol circulaire serait né sur un porte avion américain quelque temps avant l'entrée en guerre des Etats-Unis, faute d'espace et de possibilités de récupération, le vol captif s'imposant. Mais cela n'est qu'une légende. Belle ! Mais légende quand même !

 

Vous avez compris tout de suite que le vol circulaire ne nécessite que peu d'espace. Une demi-sphère de 22 mètres de rayon suffit.

 

Le vol circulaire ne se conçoit réellement qu'au travers de la compétition. Et de la confrontation avec soi-même ou avec des adversaires. Quatre catégories ont été codifiées et font l'objet de compétitions aux niveaux régional, national et international. Des filières de formations permettent l'apprentissage, la formation et l'accession aux plus hautes marches des podiums nationaux et internationaux.

 


vcc 3 vcc 4 vcc 5

Une semi-maquette en vol.

Quelques » modèles de F2B acrobatie en attente de contrôle technique lors d'une compétition.

Du centre,
on a une toute autre vision!


La vitesse : toujours plus vite !


Historiquement, la vitesse fut la première catégorie codifiée et pratiquée en compétition. L'épreuve consiste à atteindre une vitesse maximale sur un kilomètre, départ lancé. Lors d'une épreuve de vitesse, chaque concurrent dispose d'un crédit de 3 vols. La meilleure performance accomplie est prise en compte pour le classement final. Chaque vol représente un effort violent pour le pilote, qui pivote une douzaine de fois sur lui-même en moins de douze secondes, lorsque son avion atteint 300 km/h. Le record du monde récemment établi lors de championnats d'Europe est de 307.3 kilomètres/heure (Ken Morrissey – Grande Bretagne)

Outre la vitesse, la qualité du vol est jugée afin qu'il demeure conforme à la réglementation de la catégorie. La performance technique est associée à la performance sportive. En général, les modèles de vitesse sont asymétriques. Ils n'ont qu'une seule aile intérieure d'un mètre de longueur. Le carburant imposé est composé de 80 % de méthanol et de 20 % d'huile de ricin.

Il existe une catégorie internationale le F2A (ou vitesse FAI), le moteur est de 2,5 cc sa vélocité est supérieure à 35 000 tours minute, les vitesses atteintes supérieures à 300 km/h ! Le poids des avions est inférieur à 500 grammes. Le rayon de giration est de 17,69 m soit 9 tours pour 1 km parcouru.
Mais il existe aussi au niveau national une catégorie qui regroupe les cylindrées 3,5 cc, 5 cc et 10 cc. Les jauges des modèles étant différentes, le classement se fait par rapport au record de la cylindrée. Les modèles 3,5 cc tournant autour de 250 km/h, alors que les 10 cc tournent plutôt au-delà de 300 km/h (donc guère plus vite qu'un 2,5 cc FAI).

Dernière précision : les pilotes engagent leur poignée dans une fourche centrale afin de ne pas exercer de forces physiques en tirant le modèle vers l'avant afin de lui donner une vitesse complémentaire.

Comme vous le voyez c'est un sport… dans lequel les Français excellent. Patrick Constant (1980) puis Eddy Billon (1994-96)… La dernière médaille récoltée date des championnats d'Europe 2011 en Pologne où Aurélie Aubé nous a gratifiés d'une médaille de bronze en catégorie junior.

 

vcc 6 vcc 7 vcc 8

Un avion de vitesse nationale, cylindrée 3.5 cc.

Un avion de F2A, 2.5cc, sur son chariot de décollage.

Francis Capo s'apprêtant à mettre la poignée dans le pylône.

 

 

vcc 9 vcc 10

Les jeunes aussi sont attirés par la vitesse ! Ici la vitesse débutants, catégorie promotionnelle.

Phase de préparation avant le vol.

 

 

 

 Vidéo de vol circulaire  Vidéo de vol circulaire

Tentative de record du monde en 2001 pour un anglais

Différents vols de F2A lors des championnats d'Europe 2011

 

 


L'acrobatie : pour faire bonne figure !


Loopings, renversements, vols dos, sabliers, huit horizontaux et verticaux, trèfles à quatre feuilles, autant de termes qui désignent les figures que peuvent dessiner les modèles d'acrobatie dans leur demi-sphère d'évolution.

L'acrobatie en vol circulaire consiste à faire effectuer à un modèle un programme de figures imposées dans un ordre précis. Selon la catégorie, il se déroule en six ou en sept minutes. Cette discipline peut se comparer dans les qualités requises et son déroulement à la voltige radicommandée.

La France a eu ses heures de gloire dans les années 2000 avec les sociétaires de l'AC Saint Etienne : Rémi et Gilbert Béringer et du CM Rouillé : Serge Delabarde. Elle est aujourd'hui en reconstruction avec des jeunes prometteurs.

Si la construction des modèles est encore de mise pour la série nationale, elle ne l'est plus en ce qui concerne la série internationale, puisque 80 % des modèles que l'on rencontre lors des championnats internationaux sont l'œuvre de deux producteurs Ukrainiens, eux mêmes compétiteurs.

Cette discipline réclame des heures de vols, si possible coachées. Cela prend du temps au détriment de celui qui devrait être consacré à la construction et à l'amélioration des modèles. La catégorie nationale est similaire à son homologue FAI. Le programme est allégé, les machines plus simples, les moteurs plus standard, les niveaux des pilotes plus disparates. Mais c'est la catégorie formatrice par excellence en vol circulaire.

 

 

Les trois membres de l'équipe de France 2011-2012 :

vcc 11 vcc 12 vcc 13

Alexandre Gauthier

 

Nicolas CHAPOULAUD au démarrage

 

Philippe Gauthier

 

vcc 14

Tout en légèreté, voilà qui pourrait définir l'acrobatie.

 

 

vcc03 vcc04

Alexandre Gauthier, membre de l'équipe de France,
lors d'une compétition à Ste Eulalie en 2009

L'acrobatie en salle, démonstration par Igor Burger
(Champion d'Europe F2B 2011)

 

 

 

Les courses : la formule 1 du vol circulaire…

Le Team Racing (catégorie FAI) et le Goodyear Racing (catégorie promotionnelle), sont des courses qui mettent en lice trois équipes. Chacune d'entre elles est composée d'un pilote et d'un mécanicien. Les modèles doivent réaliser 100 tours, équivalent à une distance de 10 kilomètres dans le meilleur temps. Leur réservoir étant limité en capacité (7 cc), le pilote doit atterrir au moins deux fois, pour que le mécanicien procède aux ravitaillements au sol.

Le cercle d'évolution étant de 15,92 mètre de rayon, le modèle accomplit 100 mètres par tour. Le moteur utilisé dans ces catégories a une cylindrée de 2,5 cc à auto-allumage. Le carburant est composé d'un mélange d'éther,  de pétrole, d'un lubrifiant et de quelques additifs. Une vingtaine de cc de carburant est nécessaire pour accomplir la course, cela implique des ravitaillements qui se déroulent en 3 ou 4 secondes (redémarrage moteur compris).

Les trois pilotes devant se doubler : c'est un ballet très spectaculaire qui se joue au centre de la piste. Un réservoir permettant de parcourir un peu plus de 3,3 km, deux ravitaillements sont nécessaires,  ce qui ajoute au spectacle. Catching, remplissage sous pression et redémarrage au premier coup d'hélice sont autant de montées d'adrénaline tant pour le pilote et le mécanicien que pour le spectateur.

Les 9 meilleures performances accèdent en demi-finales puis les trois meilleures performances accèdent en finale qui se joue sur 200 tours.
Cette catégorie est en France une grande pourvoyeuse de titres et de médailles avec trois titres de champions du monde (Jean Maret et Jean Paul Perret en 2000, Pascal et Georges Surugue en 2004 et 2006) puis d'Europe (2007 et 2011) tant chez les seniors que chez les juniors). Ce sport est fortement développé en France, en Russie, en Ukraine, en Australie et plus récemment en Espagne.
Catégorie hightech s'il en est, le balsa a quasiment disparu de la construction des racers F2C. Fuselage carbone, ailes en sandwich rohacell carbone, train rentrant….le tout dans 330 grammes moteur compris, c'est un concentré de haute technologie qui vole à 240 km/h en consommant ….pratiquement rien.

Si c'est la formule 1 du modélisme dans sa version FAI, c'est la formule France en ce qui concerne le goodyear-racing. La course et le règlement de course sont les mêmes. Seules les caractéristiques techniques des modèles changent. Le réservoir n'est plus limité à 7cc mais à 15 cc. Le fuselage est de type fuselage planche (moteur non caréné). Ces allègements permettent une approche plus simple pour un débutant.

Enfin la composition de l'équipe est un élément qui permet la transmission du savoir entre experts et débutants puisque l'équipe ne peut pas être composée de deux experts.

 

vcc 15 vcc 16 vcc 17 vcc 18
Une catégorie très physique! Ici en vert Pascal Surugue, et en rouge Thierry Ougen, finalistes des Championnats d'Europe 2011. Avion de Team Racing sans capot. Aile et fuselage en carbone. Roland Surugue en train de ravitailler son modèle. Georges Surugue libérant son racer après un ravitaillement.
On distingue le remplisseur sous pression sur le bras des mécaniciens

 

 

 

vcc05 vcc06

Finale des Championnats d'Europe 2011, avec deux équipes françaises. Record du Monde et titre à la clé pour Pascal et Georges Surugue, troisième place pour Thierry Ougen et Roland Surugue.

Vidéo de qualité moyenne, mais où l'on se rend bien compte de la difficulté et la rapidité des ravitaillements

 

 

Le combat : la coupe avant la coupe !

Le combat met aux prises, dans un même cercle, deux modèles qui tractent derrière eux une banderole de papier. Le sport consiste à couper celle de son adversaire le plus de fois possible, en évitant de subir le même sort. Cette épreuve demande au pilote et aux mécaniciens, énormément de réflexes et de précision de pilotage.

Toute coupe faite à la banderole de son adversaire est gratifiée de 100 points. L'épreuve dure quatre minutes, durant lesquelles toutes les figures acrobatiques sont permises. Mais l'attaque directe du modèle de son adversaire est pénalisée par une disqualification. Il arrive souvent que des modèles regagnent prématurément le sol. Alors chaque seconde passée à terre est pénalisée. Lors d'un crash, les mécaniciens doivent transférer la banderole de l'avion endommagé vers l'avion de réserve et redémarrer le plus rapidement possible. Une équipe qui gagne est composée de trois excellents techniciens qui n'oublient pas non plus la dimension tactique de ce sport et une discipline sans faille.

Le modèle de combat est généralement une aile volante dont la construction est simplifiée à l'extrême. Elle doit cependant être assez solide pour encaisser les efforts violents consécutifs aux figures serrées et rapides imposées par les pilotes. La technologie n'est pas absente de cette catégorie. Les moteurs (2,5 cc glow) sont simplifiés à l'extrême mais demeurent robustes, puissants et véloces.

Le combat est spectaculaire, parce que son issue n'est jamais certaine. Des grands champions se font parfois sortir très tôt de la compétition par d'illustres inconnus qui le resteront peut-être ensuite, mais qui à l'instant du combat ont eu la vista nécessaire à la victoire. C'est aussi cela qui caractérise le combat et la passion qu'il provoque chez les jeunes circularistes.

Une catégorie FAI avec des moteurs de 2,5cc glow et une catégorie protionnelle avec des moteurs 2,5cc auto allumage constituent la filière "combat". Les pays de l'est sont particulièrement performants au niveau international. Trop peu de français pratiquent cette discipline qui pourtant intéresse les jeunes car elle demande réflexes et engagement.

 

vcc 19 vcc 21 vcc 20 vcc 22
Gare à la chute d'avions ! On comprend ici le port du casque obligatoire, même pour les pilotes. Deux pilotes aux prises sous l'œil attentif du juge.  Il faut prévoir beaucoup d'ailes volantes pour un championnat du Monde… Les mécaniciens ont un rôle tout aussi important que le pilote !

 

 

 

vcc07 vcc08

Vidéo des pilotes lors d'un combat. On se rend compte de la dextérité de ces derniers et de l'importance des mécaniciens

Vidéo de nos amis anglais, la vitesse des modèles est impressionnante

 

 

Les clubs : votre prochaine visite de curiosité ou de retour aux sources

Les trois clubs les plus connus sont :

- Le Cercle Modéliste de Cachan (94) dont les pistes sont à La Queue en Brie dont le chef de file est Gérard Billon. Ce club est le plus ancien club circulariste français. Il possède une école de modélisme active. http://www.cmc-paris.net
- Le Cercle Modéliste de Blénod Lorraine (57) qui anime deux écoles de modélisme l'une à Blénod les Pont à Mousson, l'autre à Tucquegnieux. http://www.f2cmbl.org
- Le Cercle Modéliste Rullicois (86) avec comme président Serge Delabarde qui anime également une école de vol circulaire. http://www.lcmr.net

 

Ces trois clubs ont la particularité d'organiser de nombreux concours nationaux et internationaux dans des stades dédiés au vol circulaire.

 

Mais vous pourrez trouver dans d'autres clubs peut-être moins structurés, à l'effectif moins nombreux mais tout aussi passionné, des conseils, des plans, du matériel, enfin des hommes et des femmes qui vous aideront à mieux connaître le vol circulaire, voire à vous y replonger sachant que beaucoup de modélistes ont commencé par le vol circulaire... quelquefois à l'école.

 

Ainsi nous vous conseillons les clubs de MRCSE Sainte Eulalie (33), AC St Etienne (Loire), CM Dambenois (25) AC Poitou (86), Baillargues Air Model (34) AMC Limoges (87), MAC Hérault (34), MAC Aix en Provence (13), Chouette Club du Coudray-Montceaux (91), Model club du Beauvaisis (60) et AMC Quincey Vesoul (70).

 

De nombreuses compétitions sont organisées en France chaque année par ces clubs. Le circuit européen est aussi riche en compétitions de haut niveau. Notre pays a organisé deux championnats d'Europe et trois championnats du monde depuis 1978. Autant d'occasions de voir du spectacle et des machines d'une technicité insoupçonnée.

Le vol circulaire existe toujours et encore et il se pratique de plus en plus notamment en Europe centrale et aux antipodes. Il permet de faire évoluer des aéromodèles dans des volumes tout aussi réduits. C'est un sport à part entière, très technique, assez physique et surtout immensément spectaculaire… à découvrir sans modération.

 

vcc 23 vcc 24 vcc 25

 

Fédération Française d’AéroModélisme – 108, rue Saint-Maur - 75011 Paris